Reportages & articles

Vous êtes ici

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Le prochain film au Centre GO

Si l'on sourit plus que l'on rit et que le tout se termine de façon déconcertante, Bonté divine mérite le déplacement.

Peu de cinématographies nationales réussissent l'exploit de contrer les superproductions américaines. Il y a bien sûr le Québec qui fait figure de résistante, mais aussi la Croatie qui enregistrait en 2013 le plus gros succès de l'histoire du pays depuis son accession à l'indépendance. Tout ça grâce à une comédie grinçante ayant pour nom Bonté divine.
 
Vinko Brean a choisi l'humour pour dénoncer les travers de la société croate. Il prend un malin plaisir à écorcher l'Église et à s'interroger sur son influence, mais aussi à critiquer les préjugés des Croates envers les autres peuples. Tout en abordant de front les questions de la dénatalité et les conséquences de la manipulation. C'est beaucoup. On sent qu'il s'égare un peu en cours de route. Le réalisateur offre toutefois une oeuvre qui se distingue par sa mise en scène dynamique, parfois burlesque. 
 
Si l'on sourit plus que l'on rit et que le tout se termine de façon déconcertante, Bonté divine mérite le déplacement. Les films croates se font si rares sur les écrans des cinémas qu'il ne faut pas les rater.

Critique de Catherine Schlager de la Presse.ca du 24 septembre 2015
Toutes les actualités & reportages